Archive for octobre 2005

Cam on

octobre 15, 2005

Cam on em Quang va chi Francoise dên nhà anh choi :)

Film sur Ly Thai Tô

octobre 14, 2005

Bien que la somme nécessaire à la réalisation du film Thai Tô Ly Công Uân n'ait pas encore été dévoilée, les médias l'ont estimé à des dizaines voire des centaines de milliards de dôngs. Un gouffre financier donc, mais aussi un vrai challenge artistique.

lythaito-small5.jpgPourquoi produire un film sur Ly Thai Tô? Tout simplement parce que ce grand roi de la dynastie des Ly est à l'initiative du déplacement, en 1010, de l'ancienne capitale du pays, Hoa Lu (province de Ninh Binh), à Hanoi. C'est donc un héros national, dont la gigantesque statue trône au bord du lac Hoan Kiem. La réalisation d'un film sur sa vie et son oeuvre, intitulée Thai Tô Ly Công Uân, serait sans aucun doute l'événement majeur des activités de célébration du millénaire de Thang Long – Hanoi, en 2010. Le script a été écrit par l'écrivain Thiên Phuc. Bien qu'il n'ait remporté que le 2e prix du concours de scénarios organisé à l'occasion de la célébration du millénaire de la capitale, le Comité de pilotage de l'événement a décidé de le produire.
Les cinéastes pensent avec raison que ce film sera un gouffre financier. Car il faudra tout recréer : palais, citadelle de l'ancienne capitale Hoa Lu à son apogée, etc. Rien ne subsiste. Sans compter la pléthore de mandarins et soldats en costumes d'époque… dont les habitudes vestimentaires restent quasi inconnues. Dans le site de Hoa Lu, il ne reste aujourd'hui que des temples dédiés aux rois Dinh et Lê. Le décor naturel est cependant toujours bien là, intact, avec ses mystérieux reliefs karstiques en pain de sucre se reflétant dans les rizières.
Autre challenge : les scènes d'action. Bien évidemment, il y aura dans ce film des combats fratricides, des luttes de pouvoir, qui ressembleront aux combats spectaculaires des films hongkongais de kung-fu. Car le roi Ly Công Uân était, il faut le signaler, un maître en arts martiaux. Ces scènes d'action seront difficiles à tourner et coûteuses. En plus, les spectateurs, qui ont d'habitude de voir des superproductions chinoises ou américaines, sont assez exigeants à ce niveau.

Le script restitue mal la personnalité du roi:
Côté historiens, on estime que le scénario ne restitue pas vraiment la personnalité de Ly Công Uân (son nom avant qu'il ne devienne roi). Ainsi, son talent, sa lucidité, son caractère ne ressortent-ils pas vraiment. Selon le "hanoïologue" Nguyên Vinh Phuc, le scénario fait surtout de Ly Công Uân un maître en arts martiaux. L'historien Lê Van Lan remarque quant à lui que "la carrière et la personnalité du roi Ly Thai Tô se reflètent nettement entre 1010 – 1028. Pourtant, le scénario ne traite que de sa vie en 1010". De plus, les personnages qui ont eu une grande influence sur lui comme les bonzes Khanh Van, Van Hanh… n'occupent que des rôles mineurs dans le scénario.
Par ailleurs, l'écrivain Thiên Phuc utilise largement dans son script un narrateur. "Cela affaiblira tout ce qui fait l'intérêt du 7e art. Ce sont les images qui doivent parler, pas un narrateur", a fait remarquer l'"Artiste du Peuple" Lê Dang Thuc.

source: Tuân Viêt/CVN

Hanoi et les embouteillages…

octobre 7, 2005

rush-hn.jpg 

Selon les statistiques de la police de la circulation de Hanoi et du Service municipal des communications et des travaux publics, la ville compte près de 150.000 voitures et plus de 1,5 million de motos. S’y ajoutent un grand nombre de véhicules venus des provinces voisines.
Or, la longueur totale des rues n’est que de 142,7 km, ce qui rend manifeste la grave surcharge de sa circulation.
Face à cette situation, spécialistes, scientifiques et autorités municipales ne cessent de chercher des mesures pour limiter l’intensité du trafic routier. La solution qui apparaît comme la plus réaliste et qui est actuellement appliquée dans la ville, consiste à réduire le nombre de véhicules particuliers, tout en augmentant celui de transports publics.

De ce fait, depuis septembre 2003, le Comité populaire de Hanoi a préconisé la suspension de l’immatriculation des motos dans quatre arrondissements intra-muros : Hoàn Kiêm, Ba Dinh, Dông Da et Hai Bà Trung. Et seize mois plus tard (en janvier 2005), trois autres arrondissements ont été ajoutés à cette liste. Pourtant, alors que le nombre de motos immatriculées a nettement diminué, celui des accidents de la route et des embouteillages ne cesse paradoxalement d’augmenter. La raison est simple : malgré la restriction des immatriculations, le nombre de véhicules individuels connaît une hausse constante d’une année à l’autre, d’environ 15 % pour les motos et de 12 % à 15 % pour les voitures.

De plus, les infrastructures routières de Hanoi sont en retard, voire arriérées. Des projets de réhabilitation des carrefours les plus fréquentés sont restés lettre morte suite aux difficultés d’expropriation des terrains.
D’autres causes peuvent aussi être avancées pour expliquer les désagréments routiers, comme les infractions régulières du Code de la route ou l’incapacité à réguler le trafic routier. « La capitale a besoin actuellement de solutions susceptibles d’être appliquées en l’espace des cinq prochaines années. Notre objectif numéro un est de juguler le plus tôt possible l’augmentation continue des embouteillages », explique Dô Hoàng Ân, vice-président du Comité populaire municipal.

source: Hông Nga/CVN – 05/10/05

Riz: Suspension éventuelle des contrats d’exportation pour 2005

octobre 5, 2005

Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural va demander au gouvernement la permission de suspendre la conclusion de nouveaux contrats d'exportation de riz.
Le pays ne peut pas "racler les fonds de tiroirs" de cette année ni "expédier le riz réservé pour 2006 pour l'exportation" car cela " irait à l'encontre de la sécurité vivrière", a expliqué le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Cao Duc Phát.
Les exportations de riz ces neuf derniers mois ont atteint 4,3-4,5 millions de tonnes. Un record. Elles ont augmenté pour 410 millions de dollars par rapport à la même période de l'an dernier. Le Vietnam exporte notamment vers les Philippines, l'Afrique, Cuba et l'Iran.

Pourtant, cette année, la production de riz ne pourrait pas atteindre celle de l'année dernière. Les pertes dues aux inondations des rizières suite au typhon Damrey seraient "de l'ordre de 300.000-400.000 tonnes" alors que, d'ici la fin de l'année, qu'on ne pourrait mettre en réserve qu'"environ six millions de tonnes de paddy", soit deux millions de tonnes de riz, a ajouté M. Phat.

La prochaine récolte rizicole ne commencera qu'en mars ou avril 2006. Or, les Vietnamiens consomment chaque mois un million de tonnes de riz. M.Phat a donc proposé au gouvernement d'examiner la suspension immédiate de la signature de nouveaux contrats d'exportation en 2005, car jusqu'à ce jour, le pays a déjà atteint son objectif d'exportation annuel.
À propos de cette question, le vice-Premier ministre permanent Nguyên Tân Dung a demandé au ministère du Commerce de soumettre au gouvernement un bilan détaillé des exportations de riz. "L'objectif de la production agricole est d'assurer la sécurité vivrière. Nous ne devons pas, pour les intérêts immédiats ou les profits des entreprises, provoquer une pénurie en vivres ou une fièvre de ses prix, conduisant à la hausse des prix des autres marchandises", a dit M. Dung.

source: Hoàng Minh/CVN – 05/09/05

Bilan du typhon Damrey

octobre 4, 2005

Dernier bilan du typhon Damrey : 68 personnes mortes ou portées disparues et 3.393 milliards de dôngs de pertes en biens matériels.
Le Front de la Patrie a lancé le 30 septembre à Hanoi un appel à la population à apporter son aide aux sinistrés du typhon Damrey. Les participants à la réunion ont fait don de plus de 18 milliards de dôngs aux victimes.
 

source: CVN

Pour plus d'infos: Bilan Damrey sur CVN et Bilan Damrey sur VNA (un peu long à afficher)

Eau et écologie

octobre 3, 2005

Au Vietnam, 62 % des habitants ruraux ont actuellement accès à l'eau propre. Par rapport aux Objectifs du Millénaire, le pays a réalisé le plan dix ans avant terme.
Pour atteindre un tel résultat, le Vietnam, depuis de longues années, a privilégié le développement durable de l'écologie, considérant l'approvisionnement en eau propre comme une stratégie vitale.
Après cinq ans de mise en oeuvre du programme national portant sur l'eau propre et l'hygiène de l'environnement rural, plus de 700.000 ouvrages d'approvisionnement en eau propre ont été construits. Ils permettent de satisfaire des millions de familles dans les régions reculées.
Avec les écoles, stations sanitaires, routes, les ouvrages d'approvisionnement en eau propre ont contribué à changer la physionomie de la campagne vietnamienne. Si en 1996, le nombre de familles ayant accès à l'eau propre était de 28 %, ce chiffre est passé à 54% en 2003, et à 62 % en 2005.
(…)

Équilibrer l'écologie pour protéger les sources d'eau
Avec une vision stratégique, toutes les localités du pays considèrent la protection des forêts comme une mesure fondamentale pour protéger les sources d'eau, réduire les catastrophes naturelles et assurer le développement durable. Pour cette raison, sur ces dix dernières années, dans le cadre du programme de reboisement et de restauration de cinq millions d'hectares de forêts, la superficie sylvicole n'a cessé d'augmenter, pour atteindre 38 % en 2005 contre 33,2 % en 2000. Bien que pendant cette période, des dizaines de milliers d'hectares de forêts soient partis en fumée à cause des incendies, la superficie reboisée a connu une augmentation annuelle de 0,6%. En outre, les mesures de préservation de la biodiversité ont porté leur fruit. Les réserves naturelles et parcs nationaux ont augmenté tant en quantité qu'en qualité. Parmi 126 réserves naturelles, plusieurs ont été reconnues comme patrimoine mondial (…)

source : extrait Huong Linh/CVN